Alternatives

lundi 16 septembre 2013

Une monnaie éthique pour Genève

27-28 sept. : Une monnaie éthique pour le Grand Genève

27-28 septembre 2013
Journées de travail pour lancer le projet de co-création d'une monnaie régionale dans le Grand Genève, accompagné par Frédéric Bosqué

Pour être crédible et durable, un tel projet requiert la participation de l'ensemble des milieux concernés, à savoir les commerçants et prestataires de services, les autorités locales, les associations, les services sociaux, les financiers, les usagers.
Notre démarche est de chercher à réunir des représentants de chacun de ces milieux afin de concevoir ensemble le modèle de monnaie le mieux adapté à notre région et à nos objectifs..
Fred Bosqué
Ces deux jours seront animés par Frédéric Bosqué, entrepreneur expérimenté et charismatique, qui est déjà venu à Genève en mars dernier. Le nombre de participant-e-s à ces journées peut être élevé. La seule condition de participation est d'être prêt à s'impliquer dans le projet. Le SOL Violette de Toulouse s’est créé avec un collectif de 120 personnes, réunissant tous ces domaines d’activités.
NB: Il ne s'agit pas d'une "formation", au sens ponctuel du terme, mais bien du démarrage d'un projet de création d'une monnaie co-créée par un groupe mixte de personnes motivées à s'engager à  long terme.
Pour les personnes qui cherchent à mieux comprendre et se former à la problématique des monnaies complémentaires, différentes manifestations sont prévues : 

Programme de la session des 27-28 septembre avec Fred Bosqué :
1. Relier monnaie citoyenne et bien commun
o Comprendre l’origine et le fonctionnement de la monnaie
o Construire une nouvelle représentation de la richesse
2. Compter ce qui a de la valeur pour tous
o Rédiger la charte
o Découvrir les cinq clés pour opérer une métamorphose du système financier
3. Instaurer et étendre une monnaie citoyenne
o Définir la gouvernance et le mode de décision
o Instaurer, dans le respect de la loi, une monnaie citoyenne locale

Horaires :
Vendredi, Septembre 27, 2013 - 09:00 - 18:00
Samedi, Septembre 28, 2013 -09:00 - 18:00
Lieu : Maison des associations - Genève 
Prix : 50 Frs/personne
Le versement de votre cote-part sur le ccp d'EcoAttitude 17-205260-2 à Chêne-Bourg constituera la confirmation de votre inscription.
Organisation : Collectif Monnaie Grand Genève (dont EcoAttitude)



Fichier attachéTaille
Flyer à imprimer.pdf1.01 Mo

jeudi 1 août 2013

Le Pacte suisse

Le Pacte fédéral du 1er août 1291


Le Pacte fédéral se trouve au Musée des Chartes fédérales à Schwyz.
Commentaire
Le Pacte fédéral d'août 1291 est considéré comme le plus ancien texte constitutionnel suisse. Par ce pacte, les communautés des vallées d'Uri, de Schwyz et de Nidwald, situées au cœur de la Suisse, se sont juré un soutien mutuel contre toute personne extérieure susceptible de les attaquer ou de leur causer du tort. Le texte prévoit également le maintien des liens de féodalité et l'impossibilité pour un étranger de prétendre à la fonction de juge. Il définit en outre des éléments de procédures pénale et civile, ainsi que des pratiques d'arbitrage entre vallées.
Le Pacte fédéral n'est considéré officiellement comme acte fondateur de la Confédération suisse que depuis la fin du XIX e siècle. Cette reconsidération est en grande partie due au Conseil fédéral, qui s'est appuyé sur ce document pour organiser une fête de jubilée en 1891, puis pour déclarer le 1er août fête nationale à partir de 1899.
Ce choix était motivé par la conviction que l'État fédéral démocratique de 1848 s'inscrivait dans la continuité de l'ancienne confédération, antérieure à 1798, dont le berceau était situé au cœur des Alpes. L'origine de la confédération suisse est également associée au légendaire serment du Grütli prononcé par des hommes libres au bord du lac d'Uri. À noter que, en Suisse, les enfants continuent d'apprendre ces récits fondateurs à l'école.
La consécration du Pacte fédéral comme plus ancienne constitution d'une alliance consentie dans la liberté et vieille de plusieurs siècles a été utilisé pour renforcer la cohésion de l'État fédéral démocratique. Sous l'effet des changements politiques survenus à partir de 1930, le Pacte est devenu un symbole d'union face aux menaces extérieures.
Dans les esprits, ce document en apparence anodin est devenu, en raison de son caractère symbolique, un élément central de l'histoire et de la politique suisses. Preuve en sont les Archives des chartes fédérales, construites spécialement à Schwyz pour le Pacte fédéral et inaugurées avec pompe en 1936 comme lieu de mémoire national (rebaptisé Musée des chartes fédérales en 1999).
À la fin du Moyen Âge, ce pacte, qui n'était d'ailleurs pas unique en son genre, n'avait toutefois pas l'importance qu'on lui accorde aujourd'hui. Il s'agissait d'une simple alliance de paix parmi d'autres. À ce titre, le texte n'a rien d'une déclaration d'indépendance paysanne à caractère révolutionnaire. En effet, il visait en premier lieu à réaffirmer l'autorité des élites locales.
De fait, il semblerait que le pacte conclu en 1291 entre les vallées suisses ait été oublié pendant des siècles avant d'être redécouvert en 1758 dans les archives du canton de Schwyz. Contrairement au Pacte fédéral de 1315 (Pacte de Brunnen), celui de 1291 n'a eu aucune incidence sur la politique de l'ancienne confédération. Selon toute vraisemblance, il n'a pas non plus servi de modèle à d'autres textes fédéraux plus tardifs. En outre, certains problèmes liés à sa transmission et à son interprétation suggèrent même que l'importance de ce texte pour son époque a été largement surestimée a posteriori.
Bien que ces dernières remarques soient fondées, le document ne perd rien de sa valeur culturelle et continue à être cité régulièrement à l'occasion de débats politiques.
Résumé du texte latin
Les règles suivantes ont été établies dans l'intérêt de garantir la paix et de veiller au bien commun :
1.      Au vu des temps difficiles, les gens et les communautés d'Uri, de Schwyz et de Nidwald s'engagent à se prêter mutuellement un soutien sans borne contre tous ceux qui, dans leurs vallées et au dehors, les attaqueraient ou leur causeraient du tort.
2.      Les communautés s'apportent conseil et soutien à leurs propres frais en cas d'attaques contres leurs membres ou leur biens dans leurs vallées et au dehors, et s'y engagent par serment en confirmant et renouvelant l'ancien pacte.
3.    Chacun, selon sa condition, reste dévoué à son seigneur.
4.    La fonction de juge dans les vallées ne peut être achetée. Elle ne peut en outre être exercée que par des confédérés.
5.    Les conflits entre confédérés doivent être apaisés par les plus sages. Leurs décisions doivent être défendues de tous.
6.    La personne coupable d'un meurtre est punie de la peine de mort. Si elle parvient à s'enfuir, il lui est à jamais interdit de revenir. Quiconque apporte son aide à un meurtrier sera expulsé jusqu'à ce que les confédérés autorisent son retour.
7.    La personne responsable d'un incendie perd le statut de confédéré. Quiconque aide ou protège un incendiaire répond du dommage causé.
8.    Quiconque dépouille un confédéré ou lui cause un dommage verra ses biens confisqués en vue de réparer la victime.
9.    Les biens d'un débiteur ou d'un garant ne peuvent être saisis qu'avec l'autorisation d'un juge.
10.  Chacun est tenu d'obéir à son juge et, si besoin est, doit indiquer le juge sous l'autorité duquel il est placé dans la vallée.
11.  Celui qui ne se soumet pas à la décision d'un juge et, de ce fait, porte préjudice à un confédéré sera contraint par tous les autres à réparation.
12.  Si une lutte ou un conflit entre confédérés est réglé par le juge et que l'une des parties ne se plie pas à la décision ou à son devoir de réparation, les confédérés prennent la défense de l'autre partie.
13.  Ces règles, établies dans l'intérêt du bien commun, sont à observer à jamais.
Pourvu des sceaux des trois communautés et vallées susdites, ce pacte a été conclu au début du mois d'août de l'an 1291.

http://www.admin.ch/org/polit/00056/?lang=fr

jeudi 11 juillet 2013

Groupement bénévole sans frontières.

Groupement bénévole sans frontières.
Nous sommes des bénévoles de bonne volonté, résidents de tous les pays, oeuvrant là où l'on a besoin de nous. Nous ne sommes pas une association, ce qui impliquerait la tenue d'une comptabilité, des cotisations etc. Nous travaillons en solo ou en équipe selon le travail à effectuer. Nous ne sommes pas rémunérés pour nos actions, les bénévoles ayant les moyens de subsister et si tel n'était pas le cas, la solidarité de tous serait mise en exergue.
Nous nous rencontrons deux fois par année en assemblée plénière, chez des bénévoles qui nous accueillent.
Tous les détails de notre fonctionnement sont votés par les personnes présentes et ils peuvent en tout temps faire l'objet de modifications, (récemment une demande a été agrée pour le changement de notre titre, de Groupement bénévole européen, nous sommes devenus sans frontières) si quelqu'un le demande et si l'assemblée accepte à la majorité. Nous ne souhaitons pas connaître l'identité de chacun, nous respectons la vie privée, ce qui est répété à chaque assemblée.
Nous n'avons pas de structure administrative, ce sont les coordonnées des personnes que nous aidons qui font références.
Ce n'est pas de gaîté de coeur que nous mettons ce dossier en ligne, mais c'est faute d'avoir été entendus et écoutés. Nous connaissons cette affaire (pour laquelle nous cherchons toujours à mandater un avocat,)  dès son entrée au Tribunal Fédéral qui est la plus haute instance judiciaire suisse. Madame Y. a longtemps été persuadée que l'épilogue de ce dossier serait écrit à satisfaction, dans son pays, le pays qui a créé et où siège le Conseil des droits de l'homme.
Conscients que ce dossier ne constituait pas une exception et qu'il intéressait toute la société civile, notre Groupement a financé les 3/4 des frais demandés par avance, pour être traité par la haute instance judiciaire fédérale. La convention entre Madame Y. est le Groupement bénévole était la suivante, si le Tribunal rendait justice à Madame Y. en appliquant la loi et les droits, Madame Y. rembourserait la somme avancée. Si cette instance ne comprenait pas que les droits de Madame Y. étaient bafoués par l'absence d'un procès équitable, Madame Y. nous remettrait toute la correspondance, reçue et envoyée, originale et en copie, concernant cette affaire. Nous voulions la mettre en sécurité.                                                                                                                                   Le Tribunal n'ayant pas opté pour une décision propre à un Etat de droit, c'est la deuxième version suivie.
Ce dossier est suffisamment intolérable pour nos bénévoles, pour qu'une commission citoyenne se démarque spontanément et désire faire la lumière sur une situation troublante. Madame Y. n'est pas membre de cette commission.

Compendium
1971   Mariage des époux que nous appellerons Monsieur et Madame Y.
1990   Monsieur Y. est diagnostiqué médicalement atteint du syndrome de Korsakoff.
1992   L'employeur, le Département de justice et police où Monsieur Y. a fait carrière pendant quelque quarante années, lui donne le
           choix, ou il donne sa démission pour incapacité à tenir son poste de travail, ou le Département ouvre une enquête
           administrative à son encontre, sur son comportement à son bureau. Il opte pour la première version, Il a 63 ans.
          Madame Y. ne sera pas contactée par l'employeur, pour une éventuelle solution d'acceptation de son mari, d'admettre
           qu'il a un problème d'alcool.
1992   La même année, Madame Y. est confrontée à une décision lourde éthiquement, le corps médical la prie impérativement
          d'éloigner son mari de la famille, il est devenu imprévisible pour les deux adolescents du couple et leur mère, il l'est aussi pour
          lui-même. Incompréhension pour cette famille, car une maladie, elle se soigne...                                 
2003   Le législateur suisse met en place une nouvelle loi sur le divorce, qui permet à celui du couple de le demander unilatéralement, 
          (ce qui est incompatible avec les droits de l'homme, l'hégémonie d'une personne sur une autre ne faisant pas
          partie de la liste de ces droits.) et de l'obtenir si les conjoints sont séparés depuis au moins deux ans.
          Cette loi est assortie de paramètres, les articles 16 et 17 du code civil suisse, que les juges doivent appliquer au cas de
          Monsieur Y., pour protéger les intérêts de son épouse. Ils ne le feront pas et occulteront l'incapacité de discernement qu'ils connaissent bien chez cet ancien collègue, Monsieur Y. était greffier-adjoint dans la juridiction pénale de ce même
          Palais de justice.
2004  Madame Y. reçoit une demande unilatérale en divorce, sensée venir de son mari, soit quatorze ans après avoir
          dû quitter son poste travail, Monsieur Y. a alors 75 ans. Comminatoire et bizarroïde, Monsieur Y. n'a jamais demandé le
          divorce avant cette nouvelle loi.
2008  C'est contraint que Monsieur Y. entre enfin en maison spécialisée.
2013   Décès de Monsieur Y.

La première démarche de notre commission citoyenne est de faire parvenir le dossier à cinq médias, parce que c'est leur travail d'investiguer. Nous ne recevrons aucune réponse...
Nous enquêtons alors nous même sur cette affaire, nous découvrons qu'elle est plus sordide que ce que nous imaginions.
De 2005 à 2008 nous rencontrons  à plusieurs reprises Monsieur Y. soit à son QG, soit dans un centre médical où, il est fréquemment admis. Dès la première entrevue, nous constatons sans appel que Monsieur Y. n'est pas l'auteur de cette demande unilatérale en divorce, il n'en a plus les capacités intellectuelles,  il vit dans un autre monde, il nous dit que nous sommes ses collègues de travail, alors que c'est la première fois que nous le rencontrions; son mariage, il n'en sait rien, il pense qu'il est marié, nous prénomme sa femme avec le nom de sa fille ou de sa mère et vice versa, nous lui disons qu'il a trois enfants, - Vous êtes fous, ils sont tous au paradis, et puis j'en ai dix-huit...Nous essayons à la visite suivante de revenir sur le sujet pour nous rendre  compte si Monsieur Y. si nous fait les mêmes descriptions de sa situation. Il ne se souvient pas de notre précédente visite, il est persuadé que l'un d'entre nous a fait du football avec lui, c'est faux; alors nous sommes des collègues de travail, encore faux et la personne qu'il nomme est décédée en 1994 d'après notre enquête. Nous le quittons après lui avoir offert des pâtes de fruits et un peu de chocolat, mais Monsieur Y. est très mécontent, il voulait un coup de rouge, nous ne prendrons pas le risque de satisfaire ce désidérata. A une autre occasion nous essayons de nous renseigner auprès de Monsieur Y. qui lui a fait signer cette demande unilatérale en divorce? Il ne sait pas, il nous donne des noms que nous ne mettrons pas en avant faute de cohérence, seul un procès pénal pour abus de faiblesse et organisation frauduleuse d'un divorce, pourrait nous éclairer. Ce n'est pas ce que demande Madame Y.
Au fil de notre enquête, nous avons été étonnés de constater que l'avocat de Monsieur Y. était plus près du juge, amicalement s'entend, que de Monsieur Y. ce qui surprend quand l'on sait que par son travail, il côtoyait des dizaines d'avocats chaque jour depuis des décennies.
Suite de l'enquête, nous comprenons que cette étude d'avocats a été mandatée par le pouvoir judiciaire et pas par son client, qui ne recevra d'ailleurs pas d'honoraires à s'acquitter...
Nos investigations, nous documentent, le Palais de justice, oui celui où Monsieur Y. a fait une longue carrière, celui qui instruit cette procédure et qui l'a initiée, a organisé la venue et à reconduit à son domicile Monsieur Y. lors de  la première audience, il ne sera ensuite plus convoqué. Les juges ont par conséquent refusé que les époux se rencontrent lors d'une 2me ou3me etc. audience, ce que le Tribunal Fédéral, n'admet pas dans une autre procédure en divorce, voir pièce jointe.
Madame Y. qui n'avait pas d'avocat dès le début de la procédure, confiante totale en les juges, collègues de son mari (toute hiérarchie respectée) qui le connaissaient mieux que personne, c'est le même collège de juges qui quatorze ans auparavant avait congédié son mari pour incapacité à tenir son poste travail... et avait refusé la contrainte d'une tutelle, elle ignorait que ce collège ne tiendrait pas compte de ses propres écrits, qui sont la quintessence du dossier. Voir pièce jointe.
Voyant la tournure incongrue de la procédure, Madame Y. s'enquiert d'un avocat, vous lisez juste, vingt-trois  Maîtres déclinerons le dossier, (Madame, Y. s'oppose à ce que nous en établissions la liste) le Tribunal se dira incompétent pour la mettre en contact avec un avocat. Vous voyez clair; ce Tribunal mandate un avocat pour le mari, mais le refusera à l'épouse! les juges ont laissé accroire.
Notre commission citoyenne veut en savoir plus, nous décidons de contacter des juges de la génération de Monsieur Y. et qui ont tourné avec lui.
Nous ne nous attendions pas à être reçus, mais c'est sans problème que nous l'avons été dans la même journée, par deux juges très courtois. C'est rapidement que nous avons évacué notre sentiment appréhensif. - C' était un chic type, connu comme le loup blanc au Palais, il semblerait même mieux connu que beaucoup de Magistrats, c'est normal, son poste le faisait circuler dans tous les bureaux et comme il était affable, sympathique, il établissait de bonnes relations. Ces deux juges nous disent combien ils appréciaient Monsieur Y. et combien ils ont été navrés d'espacer les relations amicales avec ce collègue, ils acceptent le terme. Monsieur Y. ne maitrisait plus sa consommation d'alcool depuis de nombreuses années et aucun juge ne l'ignorait. Un des deux interlocuteurs connaissait bien son épouse. Nous avons parlé du métier de juge, nous y reviendrons plus loin, l'un des deux Magistrats nous dit.
- Les hommes naissent bien dans l'égalité, aurait dit Montesquieu, mais ils ne sauraient y rester. La société la leur fait perdre et ils ne redeviennent égaux que par la loi. Nous avons répondu à notre hôte, - oui à condition qu'elle soit appliquée par ceux dont c'est la mission de le faire...il était d'accord.
 - Vous comprendrez Monsieur le juge que dans ce dossier, ce n'est pas un manque d'effectif qui est à l'origine du problème? Le juge abonde. - Vous comprenez aussi que ce soit difficile à entendre pour un justiciable, qu'un juge, peut être faillible, Il sourit, nous prenons congé avec reconnaissance.  
Nous avons tenté d'établir des contacts avec des responsables syndicaux, judiciaires, politiques, médiatiques pour que l'on nous explique, dans le meilleur des cas et le plus rare, l'on nous a répondu à côté du sujet, dans le pire des cas, nous n'avons pas obtenu de réponse.
Notre sentiment à ce mutisme est explicite, lorsque le pouvoir judiciaire diligente une procédure civile, il fait fi de toute convenance et s'abstient d'appliquer droit et lois, la fin justifiant les moyens.
Nous ressentons un malaise face à cette co-sanguinité que l'on retrouve jusque à la présidence de la Cour d'appel du conseil supérieur de la magistrature, qui avait des rapports de travail avec le malade et qui faisait donc partie du collège des juges ayant décidé l'éviction de Monsieur Y.
Nous sommes des gentils, particulièrement Madame Y. qui a toujours adopté une attitude irénique, mais nous ne sommes pas des niais et ne pas réagir à cet abus de droit répétitif, prouverait le contraire, certains pourraient y voir l'acceptation d'une situation impropre à une démocratie et à un Etat de droit. Il n'est jamais trop tard pour réparer une faute.
Notre commission s'entend pour dire que la nouvelle loi sur le divorce, n'a pas été conceptualisée pour nuire à un couple seulement, que son optique est de contraindre au divorce, un maximum de personnes, avant qu'elles ne soient veuves, c'est de nombreux divorces qui sont instigués depuis  les Etablissements médicaux sociaux, (comment en serait-il autrement?) où séjourne celui du couple atteint par les maladies similaires à celle de Korsakoff, nous pensons indubitablement à la maladie d'Alzheimer.
Que penser des instances judiciaires qui ont été saisies dans ce dossier? Nous les ressentons comme un cartel, un verrou, du clientélisme, une absence totale d'empathie envers Madame  Y. et une grande confusion des valeurs. Voir pièces jointes.
La commission comprend l'offense qui est infligée à Madame Y., par le fait de la manipulation faite à son mari, du préjudice moral et par celle de ne pas exister dans la procédure. Madame Y. pouvait s'attendre à de l'empathie, de l'aide et de la compassion de la part des collègues de son mari.
La commission n'a pas constaté une procédure quérulente, les faits étant avérés.
Le message délivré par cette nouvelle loi sur le divorce, permet à l'Etat de se substituer aux citoyens, sans leur consentement de décider de leur état civil en instiguant des procédures spécieuses. Cette loi ne permet pas encore d'envoyer un simple acte judiciaire au conjoint valide intellectuellement, stipulant; vous êtes divorcés depuis aujourd'hui, vous n'avez aucun droit de recours...Nous disons encore, Madame Y. n'a pas eu et n'a pas établi de relation sentimentale depuis le départ du domicile de son mari. Notre commisération lui est dédiée pour les intimidations qu'elle a vécues en corollaire à ce dossier.
Nous commentons encore, les époux Y. n'ont pas été invités à signer un acte de divorce. Ils ne sont donc pas divorcés légalement.
Le mariage se consent à deux, le divorce ne peut pas s'improviser par l'un seulement, qui plus est, celui du couple qui n'a plus sa capacité de discernement.
Quel intérêt à l'Etat de divorcer ses concitoyens?  La retraite que Monsieur Y. a acquise avec vaillance, paritairement avec l'employeur, pendant sa longue carrière, au cas oû il devrait quitter ce monde avant  son épouse, elle toucherait la retraite qui est prévue par la loi au décès de son mari. Divorcée contrainte, les juges instructeurs et initiateurs de cette procédure, ont décidé d'amputer le montant prévu de quelque 90%. Voilà pourquoi nous avons constitué cette commission citoyenne, qui dit non, ce n'est pas à celui du couple qui est atteint par la sénilité, qui ne sait plus qu'il est marié, à demander le divorce. Ce n'est pas non plus au pouvoir judiciaire de se substituer aux citoyens et d'initier un procès civil, et de faire atteinte aux Droits de l'homme. C'est non à la nouvelle loi sur le divorce, qui de facto est spoliatrice et pas irréfragable.
Nous ne voulons pas dans quelques années devoir présenter nos excuses à des milliers de personnes divorcées par l'Etat. 
Notre collectif se veut constructif de notre société, il ne va pas dénoncer des évènements, sans suggérer des solutions. Faute de connaître une autre solution, la seule ouverture opportune qui se présente est de créer un parti citoyen, le seul a ne pas être d'accord avec ce que nous devons appeler une dépossession organisée des retraites, qui s'appellent en Suisse le 2me pilier.
La commission reconnait que le motif égoïste est évident dans cette procédure, elle est plébiscitée par l'ensemble de l'assemblée pour continuer son travail, ce que nous faisons volontiers. D'autres commissionnaires se joignent à nos travaux.
Un processus démocratique peut avancer par le biais d'un nouveau parti, qui ne peut exister qu'à travers un programme, un parti doit forcément se poser les mêmes questions que les citoyens, il devra savoir, qu'avant de parler de classe politique, il y a une classe citoyenne qui élit, pour la représenter, des personnes de confiance. Dans ce dossier il n'y a pas de distinguo entre la gauche et la droite, ce parti n'en fera pas non plus. Il saura que le respect envers le citoyen électeur ou pas, c'est de répondre à ses soucis, à ses courriers, à ses mails, etc. Ce parti n'appellera pas les vieux avec condescendance ou mépris, des personnes qui ont financé par leurs impôts, la recherche à les faire vieillir et quand elle y est arrivée, on leur dit qu'ils nuisent, c'est bien comme cela que fonctionne notre société. Ce sentiment d'exclusion est omniprésent chez nos anciens, mais pas si âgés que cela.
Ce parti se posera la question pro bono?
Programme du parti des citoyens ou des pigeons qui ne veulent plus l'être. Divorcer pour mieux spolier les retraites, qu'en sera-t' il de l'assistance au suicide dans les Etablissements médicaux sociaux? La peur du pire est là, cette aide ne pourrait elle pas être aussi un moyen de mettre fin à la vie, sans le consentement de l'intéressé? Histoire de faire des économies sur sa caisse de prévoyance? Beaucoup de convaincus. Cette formation politique mettra en place une commission citoyenne chargée de contrôler qu'il n'y ait pas dérapage, chaque candidat au suicide devra être connu de la commission et elle le visitera à plusieurs reprises pour se convaincre, qu'elle n'est pas en face d'une duplicité.
Le parti: se gardera de devenir lui-même un lobby, il ouvrira des permanences cantonales de conseils à prix semis bénévoles, (il faudra assumer le prix du loyer,) car n'oublions pas, des citoyens se voient interdits de conseils d'avocats, le parti suppléera.
Ce parti s'opposera vigoureusement à l'arrêt des soins depuis un certain âge, car il s'agit de l'euthanasie active. Il refusera l'exportation de nos personnes âgées, vers des pays où elles coûteront moins chères, oui cela existe déjà en Europe.
Cette commission pourra contrôler à l'improviste n'importe quel Etablissement d'Etat ou dans les partenariats publics-privés, sur dénonciation de mauvais traitement ou simplement parce qu'elle le désire.
Ce parti veillera à ne pas opposer les générations contre les autres, jeunes aujourd'hui, sénescentes demain. Il ne voudra pas que l'être humain soit un animal de rente, sa crémation ne pourra pas générer du chauffage, pour des bâtiments d'Etat ou privés. Ce sera le parti des citoyens, nous ne demandons pas être considérés comme des clients rois, mais seulement estimés et respectés comme des humains. Il ne sera plus possible à un employeur de congédier un employé alcoolique, sans contacter au préalable, sa famille. L'alcoolisme, la maladie mentale ne seront plus un moyen de faire des bénéfices.
Ce parti devra redonner confiance aux citoyens qui se voient exclus des institutions, faut-il encourager la classe moyenne à ne plus saisir la justice jusqu'à ce que celle-ci soit ajustée à un Etat de droit?
Faire des lois c'est bien, contrôler qu'elles s'appliquent à chaque citoyen avec la même énergie, c'est indispensable en démocratie, ce parti devra le faire.
Ce parti ne remettra pas en question l'abolition de la peine de mort.
Commission citoyenne: Cette commission cantonale, sera permanente, nommée par tirage au sort parmi les candidats. Elle devra impérativement être composée d'un médecin ou paramédical, d'un comptable, d'un fiduciaire, d'un juriste, d'un informaticien doué, les autres membres pourront être élus sans définitions professionnelles, mais un seul métier sera représenté par commission. Les membres ne devront pas être actif ou passif dans un parti politique ou dans une association fraternelle, elle sera composée de au moins neuf membres, qui seront rémunérés à hauteur de Frs. 120 000/an. Elle aura un vaste pouvoir d'investigation et de décision qu'elle devra motiver, c'est elle qui aura le dernier mot lors d'un litige public ou privé, parce que en démocratie seul le peuple a raison, il ne peut pas devenir une dictature, il peut être pardonné si il se trompe.
Sans lobbies aux trousses, ce sera plus aisé pour cette commission, d'atteindre l'équité. La commission sera nommée pour trois ans les membres pourront se représenter qu'après une période d'absence de trois législatures, soit trois fois trois ans. L'Etat cantonal mettra à disposition des locaux fixes, sans vidéo surveillance, pour le siège de ces commissions, cantonales,  qui pourront se concerter pour résoudre un problème confédéral. La commission sera attentive, à ce que les dons d'organes, ne deviennent pas un funeste business et que c'est bien le vient en suite qui sera bénéficiaire des organes disponibles. Elle ne sera pas favorable au port d'une carte de donneur, elle se méfiera de son interprétation, pas favorable non plus à l'accord présumé. Quelle société serions nous, si il y a contrainte? par contre nous ferons des conférences pour mieux expliquer aux familles l'intérêt du don d'organe, nous savons, qu'elles sont ouvertes à ce processus, mais ne veulent pas êtres imposées. Ce parti sera celui des familles, qui retrouveront la place qu'elles n'auraient jamais dû quitter.
Un seul citoyen pourra demander la démission de l'un ou plusieurs des membres de cette commission, pour juste motif, il devra apporter les preuves de ce qu'il avère; le recours à la justice ne pourra pas être invoqué, ni pour l'une, ni pour l'autre des parties.
Les institutions coûtent chères au contribuable, le but de la nouvelle loi sur le divorce est de faire des économies pour les caisses de pension, ce parti en fera aussi. Le nombre de conseillers nationaux diminuera à cent représentants, des commissions seront confiées à la commission citoyenne, il ne sera plus possible pour les élus du peuple de décider eux-mêmes d'une augmentation de leur salaire, la commission citoyenne le fixera après examens des possibilités financières des caisses de l'Etat.
Parce que l'on ne demande pas à un maçon si il veut construire ce mur, nous ne demanderons pas à un procureur si il veut instruire une procédure, cette commission se déterminera, sur le bien fondé d'un non lieu, d'une irrecevabilité etc. de tous les moyens à portée pour ne pas instruire un cas.
En démocratie, le peuple est propriétaire, il faudra lui demander pour privatiser et nous allons essayer de racheter ce qui a été vendu à sa barbe. Nous devrons contrôler que les partenariats publics privés, ne se fassent pas sur le dos du peuple.
Ce parti ne veut plus donner l'impression que le démantèlement du service public est un but de la politique actuelle.
En démocratie le peuple a un contrat avec les élus, qu'il a élu, mais il n'a pas de contrat avec les lobbys que les élus côtoient, donc une démocratie ne peut pas avoir un fonctionnement de lobbyiste, ce serait alors eux qui gouvernent. Le peuple se sentirait trahi et noyauté, nos élus ne pourront pas être drivés par des lobbys. Il ne sera pas possible aux universités, sondeurs etc. d'envoyer un questionnaire aux candidats qui s présentent à une élection. Le dossier susmentionné a suscité un grand désarroi parmi les citoyens et une inimitié envers les autorités, ce parti devra démocratiser la démocratie, redonner la confiance, le seul lobby accepté, c'est celui du peuple, qui est qu'une normalité, pour une démocratie. Les chiffres, % etc. qui nous sont invoqués par les médias, ont une origine qui devra pouvoir être contrôlée pour être accrédités. Nous mettrons un terme à la double nationalité, ceux qui l'ont, la garderons, mais il n'y aura pas de nouveaux binationaux, parce que celui qui donne la sienne n'en n'a qu'une, il est perdant.
Les étrangers peuvent se faire naturaliser, si ils souhaitent voter, être élus dans leur pays d'accueil.
Démocratie: c’est un gouvernement, dont les personnes élues par le peuple exécutent les ordres du peuple, elle ne permettra pas que les élus décident quelles initiatives le peuple peut déposer, nous n'attendrons pas le résultat d'une votation pour parler de loi d'application, de cour constitutionnelle, une décision populaire devra être appliquée dans les six mois qui suivent le vote. Dans une  démocratie, le peuple peut et doit, si le système dérive, intervenir en tout temps. Il est essentiel dans une démocratie que les élus se posent les mêmes questions que le peuple. Ce parti le fera. 
A travail égal, salaire égal, la loi existe, elle sera immédiatement appliquée. Ce parti de citoyens ne sera pas favorable à ce que les femmes soient élues parce qu'elles sont femmes, elles ont bien d'autres qualités à faire valoir.
Une Démocratie ne peut pas être contradictoire et condamner les auteurs de mariages forcés à cinq ans d'emprisonnement et mettre en place une loi qui permet à l'Etat, de divorcer les personnes sans leur consentement.
Une justice ne peut pas considérer un employé incapable à tenir son poste de travail, parce qu'atteint d'une maladie mentale, et lui donner quatorze années après un droit de décider que son épouse doit divorcer. Nous abrogerons immédiatement cette loi scélérate.
Non seulement le peuple doit élire tous ses représentants, mais il aura la légitimité pour retirer un mandat politique, si quelques citoyens, le demandent, pour raison avérée d'un manquement, quel qu'il soit. Le seul qui n'a pas a être élu, c'est le peuple, parce qu'il est le peuple. Un Magistrat, un Elu faillit à son devoir, ce sera le peuple qui décidera si ce personnage peut continuer en politique et non son parti ou autre qui aurait un intérêt à maintenir cette personne en place.
Une démocratie doit se donner les moyens d'élire ses représentants dans l'Union Européenne, mais aussi de s'en séparer.
Ce parti citoyen ne voudra pas qu'une partie du monde meurt de faim et l'autre s'empoisonne en mangeant. Nous proposerons au peuple de nommer en sus deux conseiller fédéraux, qui auront comme cahier des charges, le contrôle de ce que nous ingurgitons et respirons, ce n'est pas au peuple à se munir de jumelles pour lire les étiquettes sur les denrées alimentaires et à prendre des cours de chimie pour analyser un produit et dire si il est bon ou nocif pour sa santé, ces deux Magistrats consacreront un large spectre à l'air que nous respirons, tous ces enfants à peine nés, qui ont un problème respiratoire, toutes ces abeilles qui meurent et que leur absence met en danger l'avenir de notre terre. Nos élus auront la tâche grandement facilitée, car sans lobbies aux trousses, ils pourront faire, une politique pour le bien du peuple.
Service public: Les citoyens ont besoin de L'Etat. Ce parti saura qu'il n'y a pas de Démocratie sans un Etat qui défend ses citoyens, ce que le public ne fait pas. Très peu de personnes peuvent se passer de l'Etat, ce sont les hauts revenus, qui si le chômage arrive, ils pourront puiser dans leurs économies. Le service public c'est l'Etat, c'est le citoyen, sans services publics, le privé s'étale incognito sur la société et le peuple n'a aucun pouvoir de réaction. Ce parti devra renforcer les services de l'Etat.
Oui le service public est onéreux, c'est pourquoi ce parti n'acceptera pas les placards, les procès qui accouchent d'une souris, mais qui coûtent un saladier au peuple, ce parti triera l'ivraie du bon grain en matière de besoin de l'Etat, moins de chefs, plus de petites mains.
Election par le peuple: Le parti à en devenir sera très attaché à la Démocratie et au Fédéralisme, il pensera judicieux  que chaque canton puisse avoir tôt ou tard son Conseiller fédéral. Chaque canton pourra présenter son candidat, il sera auditionné par la commission citoyenne, un seul candidat par canton sera retenu par tirage au sort. Si dans l'ensemble du pays, il y a plus de candidats que de poste à repourvoir, un nouveau tirage au sort sera effectué jusqu'à l'obtention de neuf élus. A la prochaine législature la commission évincera d'office un canton qui a déjà eu son candidat, jusqu’ à ce que le tournus recommence, il n'y aura pas d'obligation cantonale à présenter un candidat.
Ce parti demandera au peuple si il est d'accord de mettre en place un cahier des charges pour le pouvoir politique et judiciaire. Ils n’auront pas pour mission celui de changer la société sans l'aval du peuple.
Ce parti sera actif dans la décentralisation du pouvoir, garant d'une saine démocratie, il ne sera pas favorable aux double mandats, il ne cautionnera pas le professionnalisme politique, en Démocratie le peuple ne finance pas de carrière politique et il ne sera pas favorable à la longévité en politique. Il ne mettra par contre, pas de barrière de l'âge à l'entrée en politique, ni à sa sortie. Ce parti citoyens, voudra qu'un seul métier soit représenté dans un gouvernement cantonal ou fédéral et dans les parlements cantonaux, qu'ils y aient autant d'artisans, artistes, que professions libérales, les chômeurs seront les bienvenus. A noter que les candidats, soit au législatif ou au gouvernement devront faire la transparence sur leurs avoirs, leurs appartenance à une fraternité, leurs orientation sexuelle. Pourquoi? Parce qu’en Démocratie, le peuple doit savoir qui il élit. Admettons qu'un pouvoir soit à majorité homosexuel, il pourrait promulguer une loi qui nous dirait que le deuxième enfant qui naîtra dans une famille devra être remis pour adoption par deux personnes du même sexe. Nous rigolons, pas tant que cela. Il y a une dizaine d'années l'on disait au peuple,- acceptez le partenariat enregistré, non non, nous ne parlons pas mariage; maintenant nous parlons adoption.
Ce parti fera revoter le peuple s’il le désire, car il a été abusé, comme sur les primes maladies payées en trop, environ un milliard de frs. il y en a qui disent deux, payés en sus par les assurés dans certains cantons, nous attendons le remboursement. Voir le Matin du 24.1.2013.
Fiscalité des entreprises: Citoyens dites oui, vous ne perdrez que quelques millions en réalité ce sont quelque vingt cinq milliards qui ne rentrent pas dans les caisses de l'Etat, nous revoterons, si le peuple le désire avec les vrais chiffres à l'appui. Le service de recouvrement audiovisuel a prélevé plusieurs millions, nous en attendons la rétrocession, Anne ma soeur Anne ne vois-tu rien venir? En corollaire de ces trous financiers pour les citoyens, nos élus nous font des lois permettant le vol organisé des retraites, chercher l'erreur. Les caisses sont vides? Il est normal que le contribuable s'y intéresse, la commission citoyenne contrôlera.
Sans attaches lobbyistes, la tâche des élus sera simplifiée, ils donneront l'impression de travailler pour le peuple.
Pouvoir judiciaire: Un Etat de droit se reconnait à la qualité de sa justice, voir pièce jointe, elle doit être exigeante avec elle-même et ne doit pas être dolosive pour le justiciable. Nous revenons vers les conversations que nous avons eues avec nos deux juges, déçus par cette procédure concussionnaire, ils nous ont avoué combien un juge n'est pas libre de ses actes, parce qu’élu par une étiquette politique qui le suivra tout au long de sa carrière, si il veut que le parti qui l'a élu lui permette de poursuivre sa carrière. Tout est dit
Le politique sans lobby, le juge sans parti, c'est la Démocratie.
Le parti que nous proposons, voudra que sans exception chaque citoyen accède au bon fonctionnement des institutions, mais il faut aider ceux qui rendent la justice à être indépendant, voici la proposition que le parti fera.
Nous créerons une école fédérale de la magistrature. Chaque détenteur à un poste de Magistrat devra être en possession d'une licence en droit suisse, La formation sera de trente mois a suivre en cinq ans maximum, qui pourront être entrecoupés deux fois, d'accord avec la Direction de l'école, cela permettra au candidat de concilier étude avec emploi. L'enseignement peaufinera tous les droits connus suisses et internationaux. La psychologie, l'éthique, la déontologie, les jeux de rôles, feront partie de l'enseignement. Un diplôme sera remis à la fin du stage à chaque candidat, qui aura suivi ponctuellement les cours, la Direction se réservera de ne pas le décerner à un candidat qui selon elle, ne le mérite pas, elle devra motiver cette décision. Ensuite les candidats à la magistrature se positionneront sur une liste cantonale de leur choix, l'administration déposera selon les postes vacants, les noms de tous les candidats inscrits sur la liste, à la prochaine élection prévue pour d'autres votations. Le peuple élira. Il sera évident qu'un Magistrat ne fréquentera pas de parti politique ou association fraternelle, tout au long de sa carrière, ce sera une grande contribution à son indépendance. Le séjour dans cette école sera pris en charge par le candidat, par les associations de magistrats, par leur syndicat etc.
Nous souhaitons que nos juges ne soient pas soumis à réélection, mais ils pourront être sanctionnés par la commission citoyenne, si il le faut, pour faute grave, la non application des lois, du droit, en sera une. Nous pensons même que la cour d'appel pourra être tenue par la commission citoyenne, la première instance ayant fait son travail d'application des lois, du droit etc. l'appel sera plus rare.
Le parti s'opposera à l'accès de juges étrangers dans nos tribunaux. Le peuple votera.
Une Démocratie est authentique à la qualité de sa crédibilité lors de scrutins. Il saura que avant de proposer des amendes ou des contraintes électives aux citoyens, il faut que ceux-ci aient la certitude que leurs voix, soient comptabilisées dans le bon camp, ou qu'il ne soient tout bonnement pas comptabilisé du tout. Ce parti soignera particulièrement les votations, élections.
Le vote blanc est un outil démocratique qui ne va ni dans un camp ni dans l'autre, mais est considéré comme un vote protestataire.
Seul le mode majoritaire sera accepté.
Il y aura deux périodes de votations par année, l'une trois semaines avant ou après Pâques et la 2me en novembre. Les cantons s'entendront pour la coïncidence des votes avec les fédéraux.
Lors de votations, les bulletins de vote seront numérotés et le no de l'enveloppe devra correspondre à celui du bulletin mis à l'intérieur. Les urnes seront transparentes, mais pas les enveloppes et déposées dans une vitrine sous la surveillance continue de caméras, jusqu'au jour du dépouillement, qui sera public et sous l'oeil des caméras, Le vote électronique sera suspendu jusqu'à ce que sa fiabilité soit efficiente, nous prendrons conseils auprès de spécialistes. On nous apprend qu'un logiciel permet la fraude des urnes, nous nous documenterons...
 A terme, nous opterons pour une élection par tirage au sort généralisé. Une commission s'est nommée pour en examiner la faisabilité.
Formation: La formation doit être accessible à tous ceux qui ont des papiers en ordre. L'école ne doit pas être un endroit où commence la discrimination, nous prévoyons un changement dans son fonctionnement. Dès la cinquième année, les épreuves seront corrigées anonymement par des jeunes au chômage et des bénévoles qui ont le bagage. Nous voulons éviter que des élèves s'entendent dire, qu'ils ont la moyenne mais, pas la culture universitaire pour entrer dans une chaire.
Garde Partagée:  Il ne faut pas se leurrer, bon nombres de divorces se déclenchent parce que l'un ou l'un des conjoints abandonne sa famille pour des raisons que lui seul connaît, un divorce tout à coup le ferait changer de comportement? Nous avons moultes exemples où tel n'est pas le cas, la garde partagée ne sera pas la règle. La commission citoyenne se déterminera.
Energies renouvelables: Avant d'enlaidir le paysage avec des éoliennes, le parti autorisera chaque toit, sauf de très rares cas, à porter des panneaux solaires et photovoltaïques et même les encouragera, sans oublier le recyclage de cette technologie en bout de course. Il soutiendra la fermeture des centrales nucléaires, parce que des déchets que l'on doit enfouir ne font pas une énergie propre. Les voitures électriques oui, à condition que l'on ne nous dise pas un jour, que le pays à besoin de centrales nucléaires pour alimenter les batteries.
Economie: Chaque personne qui parle de croissance, doit pouvoir dire au peuple, jusqu'où?
Le Loup: Les biologistes nous apprennent qu'une meute, c'est déjà trois loups et qu'elle a besoin de deux cents à deux cents-cinquante mètres carrés d'espace, avons-nous cet espace? le peuple tranchera.
Protection des animaux: Dans ce domaine, il faut des directives correspondantes au degré de maltraitance, nous demanderons aux associations de protections des animaux de mettre sur pied un projet. 
Pédophilie: Vous êtes-vous imaginé un seul instant dans la situation d'un pédophile, vous qui ne l'êtes pas? Impensable et pourtant il y a des individus qui peuvent. Le devoir d'un Etat de droit est de protéger nos enfants de ces malades, qui seront pris en charge dès le milieu carcéral, car comme pour un addicte la prison ne fait pas tout. Il est normal qu'un tel malade ne côtoie plus de sa vie les enfants des autres, quand à ceux qu'il pourrait avoir, ils seront régulièrement observés.
Adoption d'enfants par deux parents de même sexe: Nous vous livrons l'expérience que nos bénévoles ont volontairement faite. Un jour un grand-père nous dit, je n'y comprends rien, mon fils est plus souvent avec mon petit fils que ma belle fille, mais quand il est malade ou même fatigué, il réclame les bras de sa maman. C'est là que des bénévoles ont décidé de faire l'expérience, ils ont repéré des jeunes couples dans six pays différents, sans leurs dire pourquoi, ils leurs ont demandé d'observer la réaction des enfants, toujours les pères étaient plus présents que les mères. Ils ont obtenu vingt six réponses sur vingt-sept. Tous ont observé la même attitude de l'enfant, sauf un, mais la mère reconnait être trop brusque avec son fils de deux ans. Nous en déduirons qu'un enfant a besoin d'un papa masculin et d'une maman au féminin en tout cas pour débuter dans la vie. Le parti tiendra compte de cette expérience et ne sera pas favorable à l'adoption d'enfants par deux parents du même sexe.
Nous ne permettrons pas que la fessée ou autre châtiment corporel fassent partie de l'éducation de l'enfant, qui sont souvent donnés par l'énervement des parents épuisés. Certains parents doivent être aidés pour élever leurs enfants, nous le ferons en mettant des structures semis bénévoles, nous en avons des professionnels. Nous nous poserons la question, est-ce que l'enfant levé trop tôt, couché trop tard parce que les parents doivent travailler a un rythme soutenu, est élevé dans des conditions favorables à son épanouissement. Nous étudierons la possibilité d'encourager l'un des deux parents à rester avec l'enfant une dizaine d'années et si c'était son droit.
Assurance maladie: Ce parti sera favorable à une caisse unique, qu'il mettra rapidement en chantier. Pourquoi ? Il estimera que ce qui est obligatoire, doit être d'Etat, le seul moyen pour le peuple d'accéder au contrôle des comptes, de fonctionnement etc. et ce qui n'est pas à négliger, là où une soixantaine de directeurs, sont payés par les assurés, 3 - 400.000 francs par année, c'est le flou, une caisse unique pour celle qui est obligatoire, qui seront cantonales, le peuple aura un rapport clair, le salaire du directeur sera connu, 150.000/ francs/an, nous paraît respectable. Les collaborateurs des caisses actuelles seront transférés dans la caisse unique et puis ils pourront toujours suivre les privés dans la LCA.
LAMAL ou LCA, les factures médicales et hospitalières seront envoyées à l'assuré en double exemplaires, l'original dans une enveloppe à l'adresse de l'assurance.(ce sera plus facile pour poster le courrier après contrôle des soins reçus.)
Transactions  Immobilières: Le notaire prélèvera aux parties, le montant présumé des impôts dus, qu'il transférera au service fiscal ayant concerné, celui-ci devra dans les trente jours qui suivent faire parvenir le décompte aux intéressés.
Sécurité: La sécurité doit être une priorité d'un Etat de droit. Ce parti la fera de la manière suivante. Il faut déterminer incivilité et délits. Cracher sur le sol, lâcher une porte sur une personne, mettre ses détritus à côté d'une poubelle, ne pas respecter un rendez-vous, c'est de l'incivilité qui peut être réglé par des excuses sincères ou un émolument.
Le délit sera sanctionné par un séjour en prison, celui qui le commet doit savoir avant d'agir à quoi il doit s'attendre, un délit, c'est la prison ferme, les jours amendes sont une rigolade. Arracher le sac, ou le collier d'une personne âgée ou pas, c'est un mois ferme, la personne tombe et se blesse légèrement c'est six mois fermes. La personne meurt c'est quinze ans sans réduction de peine.
L'intrusion dans une maison pour vol sans brigandage, c'est six ans ferme, avec brigandage, c'est quinze ans, nous donnerons au propriétaire le droit de se défendre chez lui, il ne sera pas poursuivi, le viol d'une ou d'un mineur c'est quinze ans ferme, d'un adulte plus de 18 ans, c'est douze ans ferme. L'escroquerie simple, c'est minimum cinq ans, le juge pourra évaluer le préjudice et ajouter, des mois, années, mais il ne pourra pas diminuer la peine. Les malfrats pris sur le fait, si ils sont étrangers feront leur peine ferme dans le pays où ils ont commis leur forfait, nous ferons une base légale pour que la pension en prison soit payée par leur pays d'origine, si il n'est pas d'accord, il sera expulsé à vie du pays où il a commis son forfait, si il revient même comme touriste, il sera mis en prison pour vingt ans. Les suisses majeurs devront faire de la prison, mais aussi du travail d'intérêt général.
Les mineurs suisses ou étrangers seront incarcérés jusqu'à leur majorité, dans des prisons où ils suivront l'école, les cours seront donnés par des jeunes qui cherchent un emploi, et des adultes bénévoles. A sa majorité le jeune étranger aura une deuxième chance, mais pas une troisième, il sera expulsé du territoire à vie, si il revient il sera incarcéré pour vingt ans. La situation du jeune suisse sera évaluée à sa majorité, il sera suivi dans sa rééducation.
Pour mener à bien ce programme nous occuperons les casernes très temporairement, parce que les peines encourues connues d'avance, n'attireront plus les canailles et il y aura moins de récidivistes. Les avocats, ne pourront pas intervenir. Nous voulons  les mêmes peines dans tous les cantons. La prison sera d'abord une punition, ensuite une réinsertion. Pas d'internet, pas de télé en début de peine, la commission citoyenne contrôlera qu'il n'y ait pas d'exagération ni d'un côté ni de l'autre.
Nous n'oublions pas que c'est le peuple qui décide de ce qu'il veut mettre dans une loi, si des accords internationaux ne le permet pas nous les réévaluerons. C'est un droit citoyen que de vouloir la paix et la sécurité chez lui. Oui c'est sévère, mais cette discipline sera efficace et pourra être détendue quand ceux qui commettent des infractions sauront à quoi s'attendent dans ce pays. Nous non plus nous n'aimons pas un Etat policier, mais temporairement, c'est la solution.
Une liste des délits exhaustive sera établie.
Immigration: Huit millions d'habitants, c'est bien, nous demanderons un moratoire de l'immigration jusqu'à ce que les infrastructures soient fonctionnelles pour ce nombre d'habitants, ensuite nous verrons si nous avons les moyens d'accueillir des personnes, quand on doit priver le peuple de sa retraite, la question se pose. De toute façon, nous sommes favorable à apporter de l'aide aux affamés, aux blessés, directement où ils se trouvent, chez eux, nous solliciterons l'armée que nous soutenons. Il faudra revoir les accords avec les organisations internationales,  Nous pourrons ainsi interdire la mendicité dans tout le pays, les vrais pauvres n'auront plus à se déplacer et les faux ne viendront pas.
Fusion des communes: Ce parti citoyen est pour la décentralisation du pouvoir et pour que plus de personnes le détiennent, en fusionnant, c'est l'opposé de notre vision de la démocratie. Là où il y a quatre à cinq Présidents, Maires ou syndics, et deux-trois-cents conseillers législatifs, la fusion n'aura plus qu'un Président, Maire ou Syndic et une cinquantaine de conseillers pour une grande commune. Des accords pourraient  bien nous imposer des gens d'un pays tiers, à sa tête, le voulons-nous? Nous dirons non aux fusions, les communes sont assez grandes pour décider si elles veulent collaborer entre elles ou même fusionner, mais il faut que ce soient elles qui le décident et pas l'Etat central ou cantonal.
Le peuple a le sentiment que l'Etat cantonal en fait voir de toutes les couleurs aux communes pour que d'elles même elles jettent l'éponge et de guerre lasse abdique en faveur de l'Etat cantonal. Cramponnons-nous. 
Vidéo surveillance: Il semble que ce soit un mal nécessaire, les établissements publics ou privés qui utilisent cette méthode de surveillance devront le préciser clairement sur la porte d'entrée, c'est un droit citoyen d'entrer ou pas dans ce lieu. La réciprocité doit être de mise, chaque personne pourra poser sa caméra sur le bureau de son hôte, lors de n'importe quel entretien.
Toutes les cartes à puces, bandes magnétiques, permis de conduire doivent pouvoir être lues par son détenteur, l'émetteur de ces cartes devra faire le nécessaire pour que cela soit possible.
Chaque place de travail qui est tenue par un robot, le propriétaire de l'entreprise devra s'acquitter des assurances sociales comme si il employait du personnel humain.
Les radars, sont une bonne chose et même si l'Etat en abuse un peu, ce n'est pas si grave, nous savons qu'il y a des limites de vitesse respectons-les. Par contre il est impensable que des radars photographient tous les véhicules qui passent.  
Prostitution: Idem pour le mal nécessaire, mais il faut donner aux personnes l'opportunité de faire autre chose et retarder à vingt ans le début du "métier" semblera être de bon aloi.
Horodateurs: Les propriétaires de ce genre de machines seront responsables de leurs fonctionnement, ils ne pourront plus faire payer FRS 40- à l'automobiliste qui ne peut s'acquitter de son dû pour non fonctionnement du système, il n'est même pas impossible que la défectuosité de l'horodateur soit programmée. Il nous semble correct que des places de parcs inaccessibles pour cause de non fonctionnement soient amendables, Frs.- 40- par place et par jour, pour le propriétaire du parking.
Tourisme: La Suisse est un pays de tourisme, mais elle doit s'armer contre la mondialisation, quel est l'intérêt pour un visiteur étranger de venir dans ce pays pour manger le même camembert qu'à Tokyo? du poulet chinois? Des OGM des pesticides dans les salades? La Suisse doit garder la tête froide, quand tout sera abîmé ailleurs, la croissance inconsidérée ayant fait son oeuvre, la Suisse doit pouvoir être l'hôte qui a su préserver, le paysage, les forêts, elle sera le pays de l'authenticité, elle remettra des cornes au bétail, les enfants ne diront plus - mais non ce n'est pas une vache, elle a des cornes, quand par hasard ils en verront une. Chaque touriste du pays ou étranger devra pouvoir compter sur un avocat en cas de nécessité. Nous serons pour une aide à la qualité, mais  ne nous trompez-pas sur la marchandise.
Nous voyons même ce beau pays devenir une principauté où le prince est le peuple.
Nationalisme: Etre nationaliste, c'est aimer son pays et vouloir qu'il existe demain, la vente aux étrangers ne pourra se faire que pour un siècle, mais pas définitivement.
Populisme: Le dictionnaire nous dit = qui s'occupe du peuple, c'est quand même la moindre des choses qu'un parti démocratique soit populiste...
D'autres sujets du programme du parti PCNP= Parti citoyen no pigeon, par nos bénévoles.
Alcool: Notre commission dit que se promener en buvant du vin ne devrait pas se faire. Mais boire un verre avec ses amis ou une bière lors d'un match doit être accepté, nous n'allons pas punir tout le monde parce que des individus boivent trop avant ou pendant ou après une manifestation sportive et font scandale. Ceux qui ont ce comportement quelques en soit l'origine d'ailleurs, seront admis pour quelques jours de prison ferme, leur travail, la famille etc., il fallait y penser avant de se mettre dans cet état.  
L'Europe: La Cour Européenne des Droits de l'Homme, avait dans ce dossier plusieurs motifs relatifs au déficit de ces droits, elle n'a pas estimé être concernée, voir pièce jointe.
 Notre commission citoyenne est en droit de penser que la stratégie de gestion de l'état civil, afin de spoliation des retraites est européenne, nous ferons parvenir au Conseil de l'Europe cette affaire. De sa réponse, ou de sa non réponse, dépendra notre marche à suivre, ou nous nous limiterons à un parti uniquement suisse, ou nous appellerons à créer un parti citoyen européen, qui se posera la question, les Suisses veulent ils entrer dans l'Europe? Nous citoyens Européens voulons nous y rester?
La commission citoyenne termine son rapport, elle vous remercie de le lire, elle n'envisage pas de commenter vos réactions.
Bonnes et belles choses à vous tous.

Pour la commission trente et une.

 Membres: Samuel Détallant et Dorothée Khan-Lee.




             
   



  

                

jeudi 28 février 2013

Amiante: un scandale !

couverture-amiante
 
"Aide-toi le Ciel t'aidera !" Qui ne connaît pas ce proverbe d'une sage lucidité ? Alors, puisque la Justice traîne la patte et qu'on laisse le champ libre aux voyous qui nous empoisonnent, pourquoi ne pas mettre en pratique la sagesse populaire et nous aider nous-mêmes ? Comment ? Michel Langinieux nous donne la marche à suivre. Il n'y en a qu'une, celle qu'a adopté cet infatigable indigné depuis plusieurs années et dont ce blog se fait l'écho :  écrire, contacter, harceler, alerter les hauts responsables trop laxistes par tous les moyens à notre disposition et ils sont nombreux ! On dit que "la santé n'a pas de prix" et c'est vrai ! Malheureusement, à l'aube du XXIe, des voyous ont donné un prix à notre santé et ce prix est calculé au plus bas ! C'est ce scandale que nous devons, à l'instar de Michel Langinieux, dénoncer sans trève ni répit !
 
Voici les dernières démarches de Michel LANGINIEUX.
Quelles seront les nôtres ?
 
senatrice-marie-christine-blandin.jpg
Madame la Sénatrice Verts,
 
Vous trouverez, ci-joint, mon deuxième "SOS" vers Viviane Reding sur le "Crime sociétal en France" [voir : <langinieux.ouvaton.org>] Auriez-vous la bonté de lui rappeler que les Rapports du Sénat (que vous représentez, en tant que Sénatrice) N° 37. Tomes 1 et 2 :
"Le drame de l'amiante en France" sont préservés, bien calfeutrés,dans des tiroirs depuis 2005, soit presque 8 ans. Sans suivi aucun.
Rien ne bouge ici, en France, sauf pour bombarder des populations civiles ... ailleurs !
Auriez-vous également la bonté de vous entretenir avec Mme Bertella Geffroy : 01 44 32 57 59 (après 19 H, ou entre 12 H et 14 H), jusqu'à ce vendredi, son dernier jour au pôle santé ...
Vous avez tout en main.
"À vous de jouer" comme le dit si bien Stéphane Hessel !
Sincèrement
Michel Langinieux
 
viviane-reding.jpg
À VIVIANE REDING
Madame la Commissaire Européenne à la Justice, Stéphane Hessel, un résistant/ambassadeur bien de chez nous mais aussi du monde entier, vient de nous quitter. En 2010, il publia "Indignez-vous", et inspira ainsi des millions de personnes en ce monde, Dame compassion avec lui.
Les "indignés" se sont répandus comme une traînée de poudre sous l'énergie d'innombrables manifestants, las des politicards aux gargarismes de mensonges.
Madame la Commissaire en charge des Droits fondamentaux,
Je m'indigne maintenant, forcément :
J'ai porté à votre attention un Crime sociétal en France qui touche des centaines de milliers de personnes. Un génocide qui dure depuis 120 ans.
Ce fut ma contribution en citoyen d'Europe, le 29 septembre 2010.
Rien n'a bougé du côté de la Commission Européenne. Or, faisant en France, partie d'un monde qui stagne, et vivant de plus dans ce pays "de pointe" à la pointe de son hypocrisie, je me devais [en tant qu'Européen] m'adresser à l'Europe.
Nous n'avons plus le choix, ICI. Sans police ni justice, les citoyens ont affaire à des officiels qui se moquent des valeurs fondamentales dans un climat imposé de fourberies puériles et force perversités.
J'ai porté à votre connaissance les empoisonnements collectifs tels qu'ils se pratiquent en nos lieux, sous l'égide de l'amiante, ses mensonges, ses morts.
Face à l'incurie juridique et celle des pouvoirs publics d'ICI, nous ne pouvons plus, de nos jours, nous adresser qu'à vous [et au TPI à partir de 2002, sur douze ans d'homicides volontaristes].
Vous avez transmis mon dossier salubre au Commissaire John Datti en charge de la Santé Publique en Europe. En deux ans et demi, ce Commissaire n'a rien accompli. Il n'a pas levé le petit doigt, mais se voit vidé de la Commission Européenne à la Santé. Monsieur Dalli s'intéressait plus à son image personnelle et une affaire de 60 millions d'euros (de la société Swedish Match) qu'à la perte de centaines de milliers de vies due à un Etat fautif, pourri jusqu'à la lie.
Réalisez dès lors, le sérieux à votre commission Madame la Commissaire. Nous sommes déjà ICI à la merci des pires gougnafiers : Etat en crise, chômage record, récession, austérité. Etat sans redressement, confiance, ni progrès. Etat qui bombarde les populations civiles en Lybie, au Mali, en Afganisthan, dépensant nos derniers deniers contre des personnes vivant chez elles, en leurs pays.
Non content de cet impérialisme, rapace autant que borné, voilà qu'il s'attaque aux enfants et aux grands, chez lui ICI, carrément.
DEVANT PAREILLES CONNERIES : INEXISTENCE CIVIQUE ET MORALE, EMPOISONNEMENTS DEVASTATEURS, FEODALISME, BARBARIE, il nous faut l'Europe, Madame.
À moins de brader le tout au premier Raminagrobis jaune qui, vite fait, bien fait, ne souhaitera que cela, résoudre cette impasse s'impose.
Je suggère chaleureusement à la Commission Européenne, notre Premier Juge d'instruction de la santé publique en France : Madame Bertella Geffroy, mal traitée en "quantité négligeable" par des niais ayant nié la vie, causes directes des homicides volontaristes qui s'incrustent ICI.
Première Magistrate à avoir, enfin, mis en examen un ministre (il y en a 40/50/60/ derrière) au bout de 120 ans ... Elle doit faire face à un "parquet général qui demande l'annulation de la mise en examen de Martine Aubry". Cartes sur table
d'un parquet de faux derches, auquel s'ajoutent naturellement : Jean-Claude Marin (un cas), Jacques Degrandi (un double cas), Jean-Louis Nadal, Jean-Claude Magendie, Bruno Cotte, François Falletti, Martine Bernard de la chambre de l'instruction, j'en passe. Aux ordres d'un crime sociétal, carpettes du pouvoir et de la politique.
À nouveau, je vous recommande hautement Madame Prada-Bordenave, Maître des Requêtes au Conseil d'Etat, qui sut préciser la "Responsabilité de l'Etat pour carences fautives" sur 120 années aujourd'hui, car notre automate d'Etat persiste dans ses carences acharnées. Il ne peut, ni ne veut changer. Trucider reste de mise, au nom de la fraternité, de l'égalité, et de moult sottises.
Egalement l'avocate Madame Joissains-Masini qui sut gagner face à ce même Etat, sur le sang contaminé, et par deux fois : sur l'amiante.
Madame la Commissaire Européenne de la justice, nous comptons sur VOUS !
Les femmes et les mères auront toujours le dessus devant de telles gabegies.
Pardonnez-moi de ne pas vous envoyez ce "SOS" en "recommandé international", mais vous l'avez déjà depuis la Saint Michel 2010, Saint sauveur de Bruxelles. Nous ne désirons de vous qu'une simple action qui transperce, mot interdit dans une France tournant autour d'un pot sans jamais y tomber. Car y tomber signifierait ... AGIR !!!!!
Face à la dictature de l'argent, Stéphane Hessel nous lance : "Tant que je suis encore capable de marcher, de parler, de comprendre ce qui se passe, j'estime qu'il faut être responsable. Tant que l'on peut avoir une influence, il faut en profiter".
Profitez donc, Madame Reding, de votre immense responsabilité devant la dictature de niais friqués : vous avez un poste clef.
Avec mes respects,
Michel langinieux
  Michel Langinieux
Langinieux
Michel Langinieux dit tout, dénonce tout, auprès des personnes en charge d’un pouvoir susceptible d’enclencher enfin une véritable Justice et donc une véritable punition envers tous ceux dont le laxisme ou la malhonnêteté ont contribué à ce qu’il est commun d’appeler « le scandale de l’amiante ». Un scandale qui à ce jour n’a guère fait de vague et PIRE, continue puisque l’amiante fait toujours des victimes en certain lieux non-encore désamiantés comme le dénonce inlassablement l’infatigable Michel Langinieux dans ses missives en forme de SOS.  
Samedi 23 février Michel Langinieux écrit à Madame la Garde des Sceaux Christiane Taubira pour lui communiquer ses différentes démarches. Reste à savoir si Mme Taubira donnera suite à ce courrier d’une importance vitale pour des centaines de milliers de gens, l’avenir nous le dira…
 
 
----- Mail transféré -----
De : langinieux michel
À : Marie-Odile Bertella-Geffroy
Envoyé le : Samedi 23 février 2013 22h53
Objet : Michel Langinieux écrit au juge Bertella-Geffroy
 
Madame le Juge,
 
Dernier carat ! Ils ferment.
Vous aurez ainsi ma lettre adressée à Mme Prada Bordenave.
 
M.L.
 
----- Mail transféré -----
De : langinieux michel
À : "christiane.taubira@justice.gouv.fr"
Envoyé le : Samedi 23 février 2013 22h51
Objet : Michel Langinieux écrit au juge Bertella-Geffroy
  Christiane Taubira
Taubira
Madame la Garde des Sceaux,
En urgence pour votre autorité, ce mail joint, que je désirais vous faire parvenir avant la date du 22 février, si importante pour les victimes de l'amiante.
Mon intention se réalise, puisque j'apprends que vous étiez partie en Guyanne.
Je suis donc dans les temps, avant votre décision cernant ce sujet brûlant.
Voici ma contribution :
Il s'agit, avant tout, de trois femmes admirables et expertes qui ont osé tenir debout devant un "Etat responsable de ses carences fautives". Or, cet Etat, malgré le jugement sévère du Conseil d'Etat le 3 mars 2004 à son égard, persiste à bafouer
la loi, faire fi de la réglementation, dans son hypocrisie coutumière : "Ce vice à la mode qui passe pour vertu" [Molière].
L'Etat "qui se doit de protéger" depuis la loi du 12 juin 1893 "sur l'hygiène et la sécurité des travailleurs", fait exactement le contraire. Ré-affirmant sa volonté dans l'introduction de la Constitution en 1946, il persite dans le crime sociétal, les meurtres autorisés, sous une mainmise hors-la-loi qui le caractérise pleinement.
Madame le Juge d'instruction Bertella-Geffroy qui représente, seule, des centaines de milliers de victimes, tient par la force de courage face à une indifférence placardée (autant que totalitaire) qui souligne le conditionnement de ce pays : faire semblant/ne pas bouger.
Si le Procureur Guariniello de Turin travaille avec 30 juges pour régulariser Eternit, faits et méfaits, Madame le juge se voit, ligotée dans son travail d'instruction par une horde de niais sans conscience civique. Pis : on la fait travailler pour rien. Après des années d'instruction sur X, Y, Z, sujets urgents, la chambre de l'instruction oppose refus et non-lieu, en automate. Or, tous les non-lieu du pôle santé sont irréguliers car incomplets (y compris celui de Mlle Caron sur le sang contaminé) : ils n'ont pas les notifications requises [art. C.p.p. 183, et 507 508].
Ce droit, respecté dans l'administratif, ne l'est pas au pénal. Je le souligne depuis 10 ans, en vain, devant une surdité verrouillée bien de chez nous.
Notre pays, Madame le Ministre de la Justice a besoin impérieux de ce Juge.
De toute façon j'ai porté l'affaire devant le CPI et la CE [langinieux.ouvaton.org], indispensable action salubre. Les associations ICI n'ont pas encore réalisé qu'elles sont européennes!!!
Madame Prada Bordenave, Maître des requêtes au Conseil d'Etat, a su mettre les points sur les "i" en ce qui concerne les fautes de l'Etat [Prada Bordenave amiante],soulignant le facteur temps qui implique L'HOMICIDE VOLONTARISTE AVEC INTENTION DE POURSUIVRE. Ainsi que la PERSEVERANCE DANS CET HOMICIDE VOLONTARISTE AVEC INTENTION DE POURSUIVRE.
Le pays lui doit clarté et lucidité. Malheureusement ICI, rien ne suit.
Madame Joissains Masini, avocate battante et lionne, par trois fois sut gagner contre l'Etat responsable : sang contaminé et amiante [Joissains Masini amiante]. Elle a, aussi, porté plainte à la Cour de justice de la République contre 12 ministres, dont DSK et Fabius. Et m'a donné la force de porter plainte vers la même Cour contre 14 d'entre-eux, dont Martine Aubry, Ségolène Royal, Claude Allègre, Jack Lang, etc. La commission des requêtes a couvert tout le monde : 26 ministres. OUI !!!
Ecrire à ces trois symboles d'éthique réelle, de droit, de valeurs morales, me permet de décrire tout ce que j'ai pu observer à Censier la Sorbonne Nouvelle depuis presque 17 ans [juillet 96]. Ces trois lettres jointes sont pour vous.
On tue en Fac en France, Madame Taubira, et personne ne bouge.
Temps de le faire savoir. Temps d'avertir des centaines de milliers de parents d'étudiants du monde entier soumis à des expositions passives depuis 49 ans :
(Jussieu et Censier).
Je vous remercie pour votre attention.
Je compte sur votre autorité pour agir avec l'esprit international qui devient maintenant nécessité absolue, et pour la défense du droit face à une pourristrature qui n'ose pas dire son nom.
Avec mes respects citoyens,
Michel Langinieux
 
----- Mail transféré -----
De : langinieux michel
À : "presse@biomedecine.fr"
Envoyé le : Jeudi 21 février 2013 22h22
Objet : Michel Langinieux écrit au juge Bertella-Geffroy
Emmanuelle Prada Bordenave
Emmanuelle prada bordenave ABM thumb  
À Madame Prada Bordenave
Madame la Directrice de l'Agence de la Biomédecine,
Dieu sait si votre travail du 3 mars 2004 au Conseil d'Etat m'a inspiré et soutenu.
Clair. Précis. Direct. Vos réponses, également, publiées sur le Rapport parlementaire 2005/2006 concernant l'affaire de l'amiante en France.
Devant une brutalité hors-la-loi soutenue, des carences fautives  profusément poursuivies, décider de parer au plus pressé, fit loi pendant 17 années en moi.
Ce fut là ma devise. Au risque d'y perdre la santé. C'est fait.
Voici où j'en suis aujourd'hui : je me dois de ré-écrire à Madame Viviane Reding, la Commissaire Européenne à la Justice, après le limogeage du Commissaire à la Santé, John Dalli.
Tout s'enclenche en ce moment avec le départ possible de Madame Bertella Geffroy. Je souhaite que l'équilibre soit rétabli. Elle représente notre dernier phare. Mes courriers me permettent de dire un maximum, ce qui doit l'être.
La nouvelle médicale la plus importante fut, pour moi, celle publiée sur le livre de  Marie Grosman et Roger Lenglet : "Menace sur nos neurones". Amiante : page 216. "... la capacité des fibres les plus fines de voyager vers d'autres organes comme le larynx, l'intestin, les ovaires, les reins, le coeur, le foie, la rate, les glandes surrénales, le pancréas, la prostate, la thyroïde et ... le cerveau" qui nous conduit directement à la  moelle épinière dont notre concierge à Censier, André Betton, est mort en souffrances atroces (l'intendant/ACMO hygiène et sécurité, en charge, faisait déposer des sacs remplis de déchets d'amiante devant les fenêtres des concierges, en août 1998 lors d'un désamiantage raté à 480 fibres par litres d'air, puis l'été 1999 pendant les travaux du Ministère sur les gaines techniques ...).
J'avais toujours été renseigné en direct par Marcel Suszwalak de Dunkerque, invalide à 80 %, de par ses 5.000 dockers atteints montrant des signes spécifiques et multiples.
Or, j'ignorais tout de la thyroïde et para thyroïde dont nous avons de nombreux cas venant du Labo langues au 5ème étage où montaient deux ascenseurs infectés de fibres pendant trente ans, saupoudrées dans le couloir et salles de classe ... jusqu'au 2 juin 1995 : 30 f/l d'air.
Pour décrire ce qui s'est passé à Censier Paris-III la Sorbonne Nouvelle jusqu'au 480 f/l d'air, il nous faudrait un génie : Shakespeare. J'ai essayé de mon mieux, mais j'en suis loin. Céline, aussi, aurait fait bon poids bonne mesure.
Mes respects à vous, Madame la Directrice, avec les remerciements de tout un pays envahi [de faux derches et poussières d'amiante], reconnaissant pour lors, la vérité constatée, établie, de la  responsabilité d'un Etat automate qui sempiternellement persiste, comme un conditionnement vrillé dans les gènes.
Michel Langinieux
 
----- Mail transféré -----
De : langinieux michel
À : Marie-Odile Bertella-Geffroy
Envoyé le : Jeudi 21 février 2013 21h12
Objet : Michel Langinieux écrit au juge Bertella-Geffroy
  Marie-Odile Bertella-Geffroy9635-Marie odile bertella geffroy
Madame le Juge,
Je vous dois cette lettre adressée à Madame le Maire d'Aix-en-Provence, Maryse Joissains Masini, suivant les deux informations indispensables que je vous
ai fait parvenir en novembre 2012 et février 2013 (sur Google, à votre nom).
Nous attendons les réponses de Mme Taubira et du Conseil d'Etat. Inutile de vous dire que nous nous tenons, nous, les concernés, les pouces, ainsi qu'à vous. Vital/primordial. Dernier quartier. Dernier rempart pour l'éthique de ce pays.
Je reste abasourdi que l'Andeva qui est allée rencontrer Madame la Garde des Sceaux, une heure et demie, pour cette question d'urgence et d'amiante [bravo], nous dit Internet, s'insurgeait, il y a trois mois (avec Harlem Désir et Michel Parigot de Jussieu) "contre la mise en examen de Martine Aubry", premier ministre épinglé en 120 ans ! [avec 40/50/60 autres qui font la queue : DSK, Fabius, Royal, Allègre, Lang, Kouchner, Fillon ...) etc. Un chapelet.
Cette même Andeva n'a jamais dit un mot sur les malades et les morts de Censier la Sorbonne en 15 ans !!! Punaise ! À quoi servent-ils donc : capables de non-assistance ? Certes. Capables et coupables d'idiosyncraties maladives, ces hauts experts.
Etonnamment : depuis 1996, premières plaintes au pénal, cette  Andeva n'a pas eu l'idée de s'adresser à la CE sur ces 17 années, devant le ciment armé d'un Etat qui ne veut pas bouger [Pas d'argent pour réparer, ni prévenir ICI : on ne vous donnera pas 30 juges ICI !!! Juste seulement pour bombarder des pollulations civiles en Lybie, au Mali, en Afaganisthan, chez eux en plus. Mais chez NOUS : NADA. Qu'ils crèvent ! par centaines de milliers. Voilà la fraternité. Voilà l'égalité].
Les syndicalistes/fonctionnaires de l'Andeva sont européens tout de même. Ils ne voyagent vraiment pas trop ... Ni ne leur vient l'idée de s'adresser au CPI : pourtant, depuis 2001, il s'en est passé des horreurs verrouillées par nos élites de base bon chic bon genre !!!!
Cette  Andeva (comme ce petit pays, si plein de lui-même) marche sur la tête !!!!
On n'est pas aidé, ICI, Madame le Juge.
Sans police ni justice, on patine rudement.
Tout de bon, pour demain.
Que vérité et action (interdite ICI) se fassent jour.
ENFIN !
Michel Langinieux
 
----- Mail transféré -----
De : langinieux michel
À : "GranetC@mairie-aixenprovence.fr"
Envoyé le : Jeudi 21 février 2013 19h41
Objet : Michel Langinieux écrit au juge Bertella-Geffroy
  Maryse Joissains Masini maryse joissains masini279278

Madame le Maire,
Chère Madame,
Impossible d'avoir une justice. Impossible d'avoir ICI, l'application de la règlementation ni celle du droit. Vous trouverez, en bas de page, ma deuxième lettre au juge d'instruction Mme Bertella-Geffroy (sur trois mois). La précédente se trouve publiée sur les moteurs de recherche "Google" à son nom [N° 9]. Egalement, son interview de 12 minutes (vidéo et radio) sur France Inter : carte sur table.
"On" veut se débarrasser de cette Juge essentielle à notre époque. "On" l'empêche de travailler. Mieux : "On" la fait  travailler pour rien. Après des années d'instruction sur le dossier urgentissime de l'amiante et ses centaines de milliers de morts sur 120 ans, apparaissent toujours un ou une nunuche de la chambre de l'instruction (ou autre)pour dire "NIET" : NON-LIEU révélateur d'une France franchouillarde.
Cette fois-ci, il s'agit de  Martine Bernard, servile fonctionnaire au service de nos élites et meurtres autorisés. Ces véritables "elfes de maison" [voir : Rowling] ou mieux : elfes d'Etat, sous l'étau d'obéissance totale : donner des ordres et en recevoir, sévissent en incrustant leur suffisance insuffisante.
Il devient nécessaire de montrer au monde entier ces irréveillables bureaucrates bien de chez nous, fabriqués sur place pour un assassinat légal !!!!
Cliquez sur Google : "Michèle Vaubaillon amiante", "Joëlle Lackmann amiante","Marie-Christine Lemardeley amiante", "Anne Willie amiante", "Marie-Hélène Gibert amiante", "Michèle Colin amiante", "Françoise Chiezal amiante", "Emmanuelle Ducos amiante". "Mme Poirier d'Ange d'Orsay amiante", "Corinne Lepage amiante Censier", "Françoise Noblins-Blanc amiante", "Elise Corouge amiante", "Hélène Gisserot amiante Censier", "Edith Boizette amiante Censier", "Fabienne Pous amiante Censier", "Françoise Neher amiante Censier", "Madame Mirabel amiante Censier", Madame Bosquet amiante Censier", "Béatrice Gille amiante Censier" ...
La "HUPPE" du Moyen-Âge : "oiseau connu pour répandre ses saletés" (Robert), retrouve sa pleine expression moyenâgeuse caractéristique de "sale huppe" surmultipliée.
Au service de l'argent, de l'incivisme, de l'amoralité [l'argent avant les gens, avant les enfants, d'un pays qui trucide depuis plus d'un siècle, au bas mot, un demi-million de personnes], ces serviteurs zélés d'un Etat irresponsable, récoltent leurs récompences : la légion d'honneur avec accolade sur les deux joues, et promotion.
Le Premier Juge d'instruction Bertella Geffroy est encore en place quelques jours. Elle fait appel au Conseil d'Etat. Le 22 février, demain, elle recevra une réponse de Mme Taubira, Garde des Sceaux.
Si rien ne bouge, des douzaines de milliers de personnes continueront à passer tranquillement de vie à trépas, nous apprend l'INSERM. 200 000 décès en dix ans [2010-2020].
Pour un pays de pointe, le voilà à la pointe de son inexistence civique et de ses crimes.
. Vous avez été la première avocate de France à gagner un procès sur l'affaire du sang contaminé, ainsi que celle de l'amiante, contre l'Etat.
. Vous avez démontré que dès janvier 1984 les ministres connaissaient les risques du sida et son mode de contamination du sang : d'où le  crime d'empoisonnement.
. Vous avez soutenu mon travail de salubrité pendant 13 ans face à l'amiante à Censier la Sorbonne imposé à ce centre construit sans permis et dans l'illégalité,malgré vos autres taches citoyennes.
. Vous avez questionné le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche le 23 juin 2008, puis le 5 mai 2009 sur l'amiante à Censier Paris-III. Rien n'a suivi dans un contexte où rien n'avance en ce qui concerne le drame l'amiante et la défense de la vie humaine depuis 120 ans.
La réponse de Ministère que vous avez reçue le 16 juin 2009 est illusoire : "L'Etat, conscient des dangers que peuvent encourir les étudiants et les personnels met tout en oeuvre pour mettre fin à cette situation". Elle ne fait que révéler les mêmes ronds-de-cuir qui, le 13 juin 1893 sur la "loi contre les poussières industrielles" déclaraient : "L'état se doit de protéger". À l'évidence, l'Etat fait exactement le contraire, oubliant de plus, les riverains.
D'où ma plainte :
"Contribution personnelle pour l'Europe". "Crime sociétal en France". À Viviane REDING, Madame la Commissaire Européenne à la Justice du  29 septembre 2010.
Vous en avez reçu une copie immédiatement.
L'affaire de "l'amiante en France" fut portée au Commissaire de la santé de la CE, le Maltais John Dalli, par Madame la Commissaire en charge des droits fondamentaux. Monsieur Dalli n'a rien accompli en deux ans et demi : ni levé le petit doigt, ni écrit un mot. Ce commissaire vient d'être vidé par  M. José Manuel Barroso. Il s'intéressait plus aux jeux du monde [comment obtenir 60 millions d'euros de la Société Swedish] qu'à un génocide qui perdure en France depuis plus d'un siècle qui n'entrait pas dans ses priorités égotisques.
Dès lors : peut-on faire confiance au "sérieux" de l'Europe, aux pratiques du lobbying à Bruxelles, incluant dérives morales et haute finance, même devant la mort d'hommes par centaines de milliers ? Question primordiale pour la Commission Européenne.
Faut-il reprendre l'affaire à zéro tous les cent ans ? L'Europe serait-elle aussi inerte et corrompue que la France ? La vérité que diable !
Madame Joissains-Masini : nous avons besoin de vous !
La voie est maintenant ouverte. Pouvez-vous envoyer un mot DIRECT, comme vous savez le faire, à  Madame Reding (CE), et un à  Madame Fatou Bensouda (CPI, à partir de 2001). Que trois femmes, épouses et mères à notre époque, nous sortent de ce couvercle de plomb d'incivilités qui n'en finit pas de tuer, tricher, casser, salir, recommencer, radoter, cacher surtout, maladie franchouillarde extrême. Car le crime l'amiante, ses malades et ses morts, se basent sur un éternel mensonge "ce vice à la mode qui passe pour vertu".
Soyez celle qui ICI, MAINTENANT, protège les écoliers, les collégiens, les lycéens, les étudiants, puisqu'à l'évidence, ni le Ministère de l'Education, ni celui du Travail [emploi et solidarité], ni celui de la Santé, n'y arrivent.
Madame Pécresse vous a répondu à ce sujet : "Ma Chère Maryse". On croit rêver ... dans un salon de thé ! Cette ministre tout sourire ignore, à l'évidence, à QUI elle s'adresse. Elle n'en a pas la moindre idée. Elle ne défend pas, en effet, la vie et la santé de la jeunesse de ce pays, mais son image de marque. L'image de marque de son parti.
Elle n'a jamais mis à genoux, par trois fois comme vous, un Etat irresponsable qu'elle sert impeccablement en carpette. Pis : en serpillère. Aucun parti politique n'a été capable d'agir en 120 ans. Les voilà pris, frits, dans dieu sait quelle gangue engluée d'inexistence redondante.
Il nous faut une personne. Pas un parti. Vous en êtes une.
Avec Madame Prada Bordenave [Cliquez Google, à son nom/amiante/Conseil d'Etat], vous aurez une deuxième personne. Même topo pour  Madame Bertella Geffroy [voir son nom sur Google].
Que l'on sorte enfin du :
NE PAS BOUGER/FAIRE SEMBLANT.
Vous connaissez mon outrage face à l'immobilisme conservé d'un exécutif tenu par le veau d'or et ses sbires assoifés. Aussi,
Vu : L'HOMICIDE VOLONTARISTE AVEC INTENTION DE POURSUIVRE.
Vu : LA PERSEVERANCE DANS L'HOMMICIDE VOLONTARISTE AVEC INTENTION DE POURSUIVRE.
Nous ne pouvons plus être "ni d'accord ni dedans". Ni roulés davantage dans la farine amiantée/argentée.
Vous aurez contre vous tous les "patapons/conservateurs/ronrons" du royaume. Des hordes de niais ayant nié la vie. Les Gilles-de-Rais perpétuels (50 000 enfants disparaissent dans ce pays chaque année)[à voir en ce moment : la plainte contre "Lang, Hollande, Moscovici", recevable. Décrivant la mort d'une petite fille de 4 ans violée par Lang et ses copains]; et probablement aussi la classe moyenne : supérieure, inférieure, bourgeoise, fonctionnaire, asservie, récupérée, hautement surveillée par nos élites pièces de musées. Encastrées "façon Cour de Cassation du Palais de Justice de Paris.
S'il y avait une démocratie, y aurait-il un demi-million d'évaporés dans ce pays ?
Y aurait-il un siècle passé sans un procès au pénal (voir mission parlementaire) ?
Y aurait-il des centaines de milliers d'étudiants du monde entier exposés passivement aux risques de mort pendant 49 ans, à Censier et Jussieu (risques sur une période de latence d'encore 40 ans) ?  Et que vont dire les parents ?
Y aurait-il pareil je m'en foutisme effréné, inconscient, puéril et satanique ?
L'ensemble serait-il publié sur Internet depuis 2005 [Politiquedevie.net : section amiante Dunkerque et Censier] devant tel immobilisme pétrifié ?
S'il y avait une démocratie, m'aurait-il fallu, pendant 17 ans, poser 300 000 affiches, donner 200 000 tracts pour essayer de réveiller 93 magistrats, 30 ministres,2 chefs d'Etat, et l'absence d'une Education Nationale, en vain ?
S'il y avait une démocratie, y aurait-il pareil crime sociétal ?
Faudrait-il se battre comme des lions pour simplement reconnaître des faits criants ?
N'est-ce pas la preuve même que nous sommes sous la dictature de "l'argent d'abord, l'argent avant, l'argent seul et sale".
Pour la satisfaction de certains ?
Devenez pour nous ce saumon qui remonte les pires rivières, les a-pic, les cataractes.
La Citoyenne qui tourne le dos à la médiocrité des meurtres banalisés entretenus.
Vous serez reconnue par le monde entier, car pour sauver ce pays, petits et grands, vous avez largué depuis plus de 15 ans, la pitoyable frime des faux semblants et leurs pourristratures.
La Citoyenne à qui l'on dit : "Chapeau".
Je vous remercie pour votre compassion/force/l'épée à la main.
Michel Langinieux
PS : Je ne suis pas "payé pour défendre la vie humaine" depuis juillet 1996.
Cela m'est venu naturellement, vu les étudiants désinformés et le contexte de mort irréversible. Je ne suis au service de personne : entreprise ou Etat. Cie, loge, groupe, clan, tribu ou religion organisée.
Je ne suis pas asservi, sauf sous la violence perverse imposée, d'une dictature qui n'ose donner son nom.


Madame le juge Marie-Odile Bertella-Geffroy
marie-odile-bertella-geffroy_115.jpg
 
 Tant que le scandale de l'amiante perdurera, tant que l'amiante continuera de tuer sournoisement, tant que les victimes de l'amiante ne seront pas décemment indemnisées, des voix s'élèveront pour dénoncer!
Parmi ces voix celle de MICHEL LANGINIEUX, artiste au style échevelé, au mot précis, à la poèsie à fleur de mots, écorché jusqu'au sang par les injustices, inguérissable révolté, généreux jusqu'à la folie. Je vous recommande la lecture de sa lettre, adressée hier, mardi 12 février 2013, à Madame le juge Marie-Odile Bertella-Geffroy car tout est dit et dénoncé.

 
***
 
 
Madame le Juge, 
L'assassinat légal qui perdure ICI depuis 120 ans relatif à l'amiante, très précisément décrit par Madame Prada Bordenave, Maître des requêtes au Conseil d'Etat, le 3 mars 2004 placarde la : "Responsabilité de l'Etat pour carences fautives". Etat bien tenu, entretenu en "Haut Lieu" ; haut lieu souligné par Marc Trévidic, Laurent Lèguevac et vous-même, sous la mainmise des élites (et banquiers influents) de ce pays. Elle consiste essentiellement à : 
1/ Ne pas bouger. 
2/ Ne rien faire, sauf semblant. 
Pour l'amiante : 
A/ "Responsabilité de l'Etat employeur". 
B/ "Responsabilité de l'Etat régalien", souligne le Conseil d'Etat. 
Ce double constat placarde directement le ministre de l'Emploi et de la Solidarité, 
suivi par une quarantaine d'autres ministres aussi suffisants qu'insuffisants. 
[Maître Joissains-Massini à porté plainte contre 12 ministres, dont MM. DSK et Laurent Fabius, etc..; et moi-même contre 14 d'entre eux, dont Martine Aubry, Ségolène Royal, Jack Lang, Claude Allègre, etc.. plaintes adressées à la Cour de Justice de la République dont la Commission des requêtes couvrira ces 26 fonctionnaires, véritables institutions d'intouchables responsables]. 
Une morgue totalitaire/cimentée prime à l'encontre de plus de 50 années de réelles expertises scientifiques ignorées/cadenassées sous une surdité tenace cause de centaines de milliers de malades et de morts en France. 
Dès lors, une absence de police et de justice résultant automatiquement en incivisme sur ignorance. Plus que tout, indifférence saupoudrée d'incompétence. 
L'ensemble de ce conservatisme immobile ne peut prendre place que sous un peuple soumis, incolore. Apathique. Au problème primordial : l'inexistance.
Aucun drame de cette ampleur ne pourrait voir le jour dans un pays sain, concerné, créatif, éveillé. Un pays jeune.
Or, déjà Diogène "cherchait un homme" sa lanterne à la main. 3000 ans plus tard, l'on cherche toujours, vu les rares officiels qui assument leurs responsabilités dans une société répétitive qui, sans cesse, redemande "du pain/des jeux/du plus/et jamais assez".
Des ronflements puissants prédominent. Des "génies de la finance" aux comportements dangereux. Une récupération systématique par rapaces ou niais "aux ordres", ou sous intégrisme, établit son étau contre des millions de personnes ciblées : les consommateurs.
Si le tube digestif sempiternellement persiste avec ses exigences, l'absentéisme [civique et moral, fort bien représenté par les personnels de Censier la Sorbonne Nouvelle], lui, prévaut, lardé d'omertà, pleutrerie, obéissance irréfléchie. Et morts d'homme : en exemple parfait, se laisser crever plutôt que d'ouvrir la bouche. Se laisser dévorer cru, plutôt que d'exister. Refuser d'accorder le DTA (dossier technique amiante) exigé par la loi : refus de l'actuelle présidente Marie-Christine LEMARDELEY. Préférer largement : l'homicide volontariste totalitaire.
Le "chacun pour soi", le "moi je"/"moi d'abord et le reste, on s'en fout" font tache d'huile et s'imposent, boas constrictors ou couleuvres ordinaires. On avale malfrats cupides, inconscients, maires clientélistes, tricheries à l'ordinaire, présidents pitoyables et chefs de service tartuffiés. Présidents potiches, tout droit sortis d'un musée de cire.
En ambiance générale, cette semaine seulement [sans radio ni TV], voici ce qui s'offre :
. Sur le Canard, pêle-mêle :
[Corruption dans le foot. Bernard Arnault : 6 milliards de perte pour le Trésor Public.
Madame Lagarde, au bout du compte : 303 millions déversés sur Bernard Tapie. Agonie des
juridictions de proximités. Crise de logement à la Guadeloupe, la directrice de la Semsam gagne plus d'un million d'euros par an entre St Martin et Basse-Terre. Le Crédit Agricole annonce ses pertes [massives] :
6 milliards d'euros. 137 000 amendements déposés par l'UMP sur le "mariage pour tous". Personne ne parle du "mariage pour personne" chez nos forçats enchaînés ... [Jamais assez de droits, de devoirs, de règles et de sacrements, pour se lier davantage au pays de la liberté]. Sévère mise en demeure au groupe Areva qui exploite des déchets radioactifs de La Hague : l'état de 60 gisements "Cocotte-Minute"... le désastre Fukushima n'aura pas suffit. Renault dans la dèche. Opérations de communication de la SNCF : 210 millions depuis 2007. Propositions de loi contre les ondes électromagnétiques : via la poubelle. "Plus on parle de principe de précaution, moins on l'applique". Assistance publique véritablement sous anesthésie : Maternités Hôtel-Dieu, Saint-Antoine, St Vincent-de-Paul : fermées. Les lanceurs d'alerte, décimés, ne font pas long feu et se voient ciblés, en première ligne : seul projet de loi Vert dans les tuyaux ... Pas un mot sur AMISOL !!! La vie humaine n'a pas trop d'importance chez les mentalités affairées de la presse]
Sans police ni justice on va où ?
. Quelques lignes dans le Monde, pêle-mêle : sur Amisol, "Non lieu dans une affaire d'amiante"."Empoisonnement et homicide volontaire" auraient dû réveiller. Non pas. [Plus fort, dans ce cas précis : l'immobilisme exonère l'immobilisme !!! Qui le voit ? Plus fort encore : les non-lieu au pénal sont irréguliers, tous, car incomplets [art 183, 507, 508 C.p.p.]. Qui écoute ? Ce tour de passe passe passé sous silence, je le dénonce depuis 10 ans !!! Plus hypocrite/engoncé que la Cour d'appel de Paris, serait difficile. Si, la Cassation. Etc.] ... "Les multinationales fuient l'impôt ... partout". "Le démantèlement des navires reste un marché "sale"". "La mondialisation se rit des frontières". "Au Bangladesh, la mer monte inexorablement".
"La peur de rendre des comptes". "Des produits toxiques (lasagnes) vendus par de respectables banques à des clients ignorant tout de leur dangerosité". "Pesticides : pitié pour les abeilles !" "Eva Joly : Le poids des lobbys demeure impressionnants". "Le lent naufrage de la Protection judiciaire de la jeunesse". "Jacques Degrandi a été jugé par contumace, mercredi 6 février, par la formation disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature". "Ce haut magistrat ... était indirectement à l'origine de poursuites contre Patrick Ramaël, un juge d'instruction qui déplaisait en haut lieu ..."Le président de l'union syndicale des magistrats (USM majoritaire) s'est attardé sur "instrumentalisation du disciplinaire pour des raisons politiques" ...
Ce qui nous ramène au trio "Jean-Claude Marin/Martine Bernard/Jacques Degrandi", cause de centaines de milliers de morts par amiante depuis des lustres, en bonne foi/bureaucratique/indifférente/aux ordres/sous impunité (suivis par Cotte, Magendie, et la clique chapelet).
... S'imaginer que l'être humain va se laisser entièrement asservir [bien qu'il en prenne le chemin], par une horde de faux derches aux ordres, n'est que leurre. Horde déterminée à exterminer autrui, façon nazie, ne sachant rien faire d'autre façons mante religieuse, mécanique. "Nous sommes nés là-dedans" (Marivaux).
S'imaginer que je vais me taire devant pareille concupiscence acharnée en sa morgue persistante de crime sociétal, est cracher devant le sacré de la vie. Attirer la colère divine, le feu de Zeus.
L'intelligence même de la vie nous délivre des cafards et des crabes. Des aspics et autres tarentules.
La vie se dégage des empereurs/dictateurs/détraqueurs de temps, de cervaux, d'organismes, d'enfants, de sens. Elle passe au travers comme un grand vent.
De ces maculés de la magouille, il ne restera rien. Les passionnés du veau d'or s'écroulent immanquablement. "Attendons la fin" ... de la campagne de Russie, de celle du Mali. Du froid Sibérien. Du sirocco Saharien.
Les femmes nous sauvent, "sentinelles de l'invisible", disait un pape Polonais.
Trois noms de femmes protègent ce travail de salubrité. Dont le vôtre.
Les mères seront toujours plus fortes que les pires gougnafiers. Or, dieu sait si elles sont poursuivies, haïes par les Détraqueurs officiels (ou Dementors de J. K. Rowling).
ENVOI :
De par la force de ces femmes sentinelles.
De par 17 années de travail personnel sur la stupidité humaine particulièrement masculine/macho/paternaliste, et "l'enseignement supérieur" tel qu'il se pratique ICI.
Face à l'Europe (CE) et au Tribunal Pénal International (TPI).
Je dénonce et implique les élites de la France, son exécutif, son ministère de la justice, tous Gardes des sceaux confondus, et l'incurie de pouvoirs publics pour :
1/ HOMICIDE VOLONTARISTE AVEC INTENTION DE POUSUIVRE.
2/ PERSEVERANCE DANS L'HOMICIDE VOLONTARISTE AVEC INTENTION DE POURSUIVRE.
Concernant le CRIME SOCIETAL de l'amiante, ses centaines de milliers de victimes passées et à venir sur 120 années, y ajoutant 50 ans de latence.
. Que ma parole fasse Loi dans l'Univers causal.
. Que justice s'en suive nationalement, internationalement.
. Justice divine autant qu'humaine.
. Que la force de votre apport soit reconnue.
J'ai dit.
Michel Langinieux
 

-- Mail transféré -----
De : Marguerite
À : Undisclosed-Recipient@yahoo.com
Envoyé le : Mercredi 13 février 2013 13h43
Objet : Michel Langinieux écrit au juge Bertella-Geffroy

"langinieux.ouvaton.org"
"Langinieux Le Monde"
"Amiante Censier"
"Amiante Sorbonne Nouvelle"
"Politiquedevie.net" [section amiante Dunkerque et Censier]
"Pilori"
"Echos des Montagnes"
"Catalogne selon Margarida"